Hall relais agricole ateliers partagés

Le Hall Relais Agricole (HRA) se définit comme un immeuble destiné à accueillir des activités de transformation ou de commercialisation de produits agricoles, y compris les opérations de stockage, par des agriculteurs ou par des sociétés coopératives de transformation et de commercialisation.

L'équipement mobilier ou technique de ces immeubles destinés à développer des circuits courts de valorisation des produits agricoles est également intégré dans la mesure Hall Relais Agricole.


En date du 22 octobre 2015, le Ministre René COLLIN a octroyé le subside à l’asbl Agrinew pour la création d’un hall relais agricole d’ateliers partagés qui se situera à Marloie.


Initié par le CERGroupe, l’asbl Agrinew a notamment pour mission de promouvoir et de valoriser les produits issus de l’agriculture wallonne, d’encourager les producteurs à développer de nouvelles activités et d’aider les agriculteurs et acteurs ruraux à concrétiser leurs projets de diversification.


Trois ateliers de transformation et de packaging seront mis à disposition des producteurs pour la fin 2016 :

  • Un atelier de découpe de viandes (bovin, porc, ovin et caprin). De la découpe à l’étiquetage, cet atelier offrira un service complet avec une garantie de traçabilité des produits ;
  • Un atelier « légumes et fruits » qui outre la découpe et l’emballage, donnera aussi la possibilité de transformer ces produits par la cuisson ou la stérilisation ;
  • Un atelier « produits laitiers » où le proportionnage et le packaging occuperont une place prioritaire.


Séparés, les ateliers pourront travailler simultanément et seront ouverts tant à l’agriculture conventionnelle que bio.

Ces ateliers permettront aux producteurs de répondre à la demande croissante des consommateurs pour des produits locaux.

Chaque producteur suivra une formation sur les conditions d’hygiène et l’utilisation des outils.  

 

Intéressé ? N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’information et sur les conditions de location de l’outil.

Contact ateliers : +32 (0) 84 220 321

Orge de brasserie

Le Département Agri-Développement a mené de nombreuses activités de vulgarisation auprès des agriculteurs qui exercent sur le plateau du Gerny, entre Rochefort et Marche-en-Famenne.
Ce projet, subventionné par la DGARNE, visait à limiter les impacts des pratiques agricoles sur la qualité des eaux sous-jacentes, en particulier celles qui alimentent la source de Tridaine. Pour rappel, cette dernière approvisionne en partie la Ville de Rochefort ainsi que la brasserie de l’Abbaye Notre-Dame de Saint-Remy pour la fabrication de la célèbre Trappiste.

Dans ce contexte, la faisabilité d’une filière locale de production d’orge de brasserie a été testée avec la collaboration de l’asbl "Promotion de l'Orge de Brasserie", de négociants spécialisés dans cette production et de la malterie attitrée de la brasserie. L’Abbaye Saint-Remy de même que la Ville de Rochefort ont encouragé cette initiative. Cette démarche devait permettre de rencontrer plusieurs objectifs, notamment:

  • Etablir le lien entre les pratiques agricoles qui ont lieu sur le plateau du Gerny et la brasserie dont l’activité dépend largement de la qualité de l’eau;
  • Protéger la ressource en eau en emblavant quelques dizaines d’hectares d’orge brassicole qui nécessite des quantités moindres d’intrants par comparaison avec d’autres cultures plus habituelles;
  • Diversifier les productions agricoles en engageant les agriculteurs dans une filière de qualité;
  • Donner une image positive de l’agriculture en répondant à de nouvelles attentes de la société.


Contact:
Jean-Noël DEGEYE
084 220 371
0478 830 332
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

GAL Pays des tiges et des chavées

L’ASBL "GAL Pays des tiges et chavées" a confié au Département Agri-Développement du CER une étude portant sur le potentiel de diversification agricole sur son territoire qui couvre les communes d’Assesse, Gesves et Ohey.

Il s’agit d’analyser la faisabilité de diverses pistes en lien avec la production, la transformation et la commercialisation de nouvelles spécialisations destinées à être valorisées sur le plan alimentaire, énergétique ou de la bio-construction.

Au vu des perspectives qui se sont dégagées de cette première phase analytique, la seconde phase de l’étude vise aujourd’hui à concrétiser quelques pistes en donnant au territoire les moyens nécessaires à la mise en place de nouvelles filières. En particulier, ces dernières concernent les produits locaux et les circuits courts, l’huile de colza énergétique ainsi que la culture du chanvre et la valorisation de ses produits.


Contact:
Jean-Noël DEGEYE
084 220 371
0478 830 332
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Lien utile:
http://www.tiges-chavees.be

Egernylux

Le Département Agri-Développement a initié un projet de biométhanisation agricole à proximité du plateau du Gerny à Marche-en-Famenne. Pour ce faire, il s’est adjoint les compétences de l’intercommunale IDELUX-AIVE, puis celles de la société Biotreatment SA qui est spécialisée dans les process biologiques.

Cette unité sera alimentée à partir d’effluents agricoles et d’autres matières issues de ce secteur. Selon les opportunités, des co-produits plus hautement méthanogènes complèteront la ration (déchets de boulangerie, de brasserie, de fromagerie,…). Elle développera une puissance de 1.000 kW électrique et produira près de 8.000 MWh d’électricité verte, soit l’équivalent de la consommation annuelle de 2.300 ménages. La chaleur disponible (hors autoconsommation du digesteur) sera quant à elle équivalente à 660.000 litres de mazout. En définitive, ce projet permettra une économie annuelle de 5.600 tonnes de CO2.

L’originalité de ce projet réside également dans son association avec un partenaire industriel, à savoir LHOIST SA qui consommera l’électricité produite.


Contact:
Jean-Noël DEGEYE
084 220 371
0478 830 332
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Qualité biologique des sols

Projet QUALI-SOL: Caractérisation de la qualité biologique des sols agricoles en Région wallonne

La qualité d’un sol peut se définir globalement comme étant son aptitude à remplir les diverses fonctions ou "services" qu’on attend de lui:

  • assurer la productivité animale et végétale (fertilité);
  • agir sur la préservation de l’environnement (rôle de filtre, dépurateur);
  • garantir le maintien des organismes vivants.

Or la plupart des fonctions des sols sont assurées (in)-directement par les micro-organismes qu’ils abritent:

  • mise à disposition de nutriments pour les plantes;
  • dégradation et réorganisation de la matière organique;
  • dégradation des matières polluantes, etc.

Afin d’évaluer la qualité des sols, il parait donc judicieux d’étudier la dynamique et l’activité des populations microbiennes à l’aide d’un outil sensible et adéquat.

Le présent projet vise à évaluer la qualité des sols agricoles en Wallonie selon deux critères majeurs:

  • l’étude de la diversité génétique des microorganismes du sol;
  • l’étude de leur activité biochimique.

Une distinction toute particulière est également opérée entre les sols inscrits en agriculture conventionnelle et les sols conduits selon le mode biologique.

Le travail du sol, avec ou sans labour, est également étudié. Afin d’être au plus proche des conditions réelles, les parcelles sont directement étudiées chez les agriculteurs. Différents champs d’essais sont également étudiés afin d’évaluer les effets potentiels du travail du sol ou encore des produits phytosanitaires sur la flore microbienne.
Ce projet consiste donc en une caractérisation des sols agricoles soumis à divers itinéraires techniques.

A terme, une telle approche devrait permettre d’identifier clairement les pratiques culturales qui respectent au mieux les équilibres du système "sol-micro-organismes-plantes".
Elle contribuera ainsi:

  • à une meilleure gestion agricole des sols;
  • à prévenir leur dégradation;
  • à proposer des pistes pour leur restauration.

Les techniques développées dans ce projet pourront également être transposées à l’étude d’autres sols, notamment les sols industriels ou pollués.

Journée sur le thème de l'agriculture bio organisée à Maissin le 04 juin 2013. 

Notre présentation Microbiologie des sols agricoles: rôles et impact de la gestion des sols

Contact:
Mathieu DONDELINGER
084 220 260
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Projet QUALI-SOL : Caractérisation de la qualité biologique des sols agricoles en Région wallonne

 

La qualité d’un sol peut se définir globalement comme étant son aptitude à remplir les diverses fonctions ou « services » qu’on attend de lui :

Ø      assurer la productivité animale et végétale (fertilité),

Ø      agir sur la préservation de l’environnement (rôle de filtre, dépurateur)

Ø      garantir le maintien des organismes vivants.

 

Or la plupart des fonctions des sols sont assurées (in)-directement par les micro-organismes qu’ils abritent :

Ø      mise à disposition de nutriments pour les plantes,

Ø      dégradation et réorganisation de la matière organique,

Ø      dégradation des matières polluantes, etc.

 

Afin d’évaluer la qualité des sols, il parait donc judicieux d’étudier la dynamique et l’activité des populations microbiennes à l’aide d’un outil sensible et adéquat.

 

Le présent projet vise à évaluer la qualité des sols agricoles en Wallonie selon deux critères majeurs :

  1. l’étude de la diversité génétique des microorganismes du sol
  2. l’étude de leur activité biochimique.

Une distinction toute particulière est également opérée entre les sols inscrits en agriculture conventionnelle et les sols conduits selon le mode biologique.

 

Le travail du sol, avec ou sans labour, est également étudié. Afin d’être au plus proche des conditions réelles, les parcelles sont directement étudiées chez les agriculteurs. Différents champs d’essais sont également étudiés afin d’évaluer les effets potentiels du travail du sol ou encore des produits phytosanitaires sur la flore microbienne.

Ce projet consiste donc en une caractérisation des sols agricoles soumis à divers itinéraires techniques.

 

A terme, une telle approche devrait permettre d’identifier clairement les pratiques culturales qui respectent au mieux les équilibres du système « sol-micro-organismes-plantes ».

Elle contribuera ainsi

Ø      à une meilleure gestion agricole des sols,

Ø      à prévenir leur dégradation

Ø      à proposer des pistes pour leur restauration.

 

Les techniques développées dans ce projet pourront également être transposées à l’étude d’autres sols, notamment les sols industriels ou pollués.

 

 

Contact :

Mathieu Dondelinger

+32 (0)84 220 260

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.